Retour au dbut English


Bienvenue

Photo de produitsLa papeterie Saint-Armand a été fondée à Montréal par David Carruthers en 1979.

Nous fabriquons, ici même, les papiers Saint-Armand fait main, les papiers Canal fait machine et le papier sablé pour artiste Sabretooth.

Nos produits sont vendus aux détaillants de matériel d’arts plastiques, aux écoles, aux éditeurs et directement aux artistes sur place.

Directement avec des manufacturiers, nous produisons aussi des papiers pour couvertures de livres et rapports annuels, des boîtes pliantes, des étiquettes, des revêtements muraux et quelquefois des textiles.

Moulage à la mainLes papiers Saint-Armand fait main sont fabriqués une feuille à la fois, selon les méthodes traditionnelles. Ils ont des bords à la forme (bords frangés) sur les quatre côtés. Il n’y a pas de direction dans le grain.

Ces papiers sont utilisés par les artistes pour l’aquarelle, le pastel, l’acrylique et la gravure. Les restaurateurs d’oeuvres d’art se servent de feuilles minces pour réparer les documents. Les éditeurs de livres d’art apprécient les papiers bouffants pour les pages de garde ou l’impression de textes typographiques. Les relieurs aiment sa grande résistance.

Nous gardons un large inventaire de papier. En blanc, les formats offerts vont de 10.5 x 13 cm jusqu’à 90 cm par 120 cm. Les finis peuvent être très rugueux pour un choc visuel ou très lisses tel que celui du papier à dessin à l’ancienne qui peut servir à l’écriture ou l’impression au jet d’encre. Le Saint-Armand fait main est offert en 32 couleurs dont certaines très vives. Le Saint-Armand décoratif offre des inclusions de fleurs, d’herbes ou d’étoiles. Les papiers embossés ont la qualité d’un textile et peuvent se coudre et se transformer en sacs.

Avant la fabrication du papier, le battage des chiffons est fait à l’aide d’une pile hollandaise. Nous recyclons surtout du coton provenant de retailles de manufacturiers mais aussi du lin, de la paille de lin, du jute et du sisal.

Batteur en fonctionnementLe battage de notre pulpe est mécanique, nous n’utilisons pas de produits chimiques pour blanchir la pulpe, seulement de l’eau. Notre blanc est fait de tricot blanc, notre bleu de denim.

Ce procédé préserve les fibres longues du chiffon qui permettent au papier de plier sans craqueler et de résister à des gaufrages profonds. Pour la même raison, après trempage, le papier redevient plat lorsque pressé. Avant la fabrication des feuilles, un additif à base d’amidon est ajouté à la pulpe pour rendre la feuille résistante à l’eau. Cet encollage contrôle le degré d’absorption. Nous utilisons moins d’encollage pour les papiers d’impression mais une feuille de papier à aquarelle sera doublement encollée dans un bassin après sa fabrication pour une résistance maximale.

Machine fourdrinierEn 1992, l’acquisition d’une machine à papier Fourdrinier nous a permis d’élargir notre choix de papiers. Nous avons créé une gamme de 20 nouveaux papiers sous le nom de Papier Canal dans un format de 55.5 x 76 cm. Ils sont disponibles en feuilles, en blocs et en rouleaux Les lins gaufrés par rétrécissement ont inspiré des créateurs de luminaires et de textiles. Tous ces papiers ont deux bords frangés et deux bords coupés. Le grain est dans la direction longue.

Le papier Canal est un bon choix pour les manufacturiers. Pour l’équivalent de 2000 feuilles nous pouvons mélanger la pulpe en fonction du travail demandé. Nous avons produit des papiers à motifs tachetés ou rayés; inclus des lettres, des grains de café, des feuilles de vignes et de pommiers et des morceaux d’images photocopiées. Nous avons imité le marbre, l’écorce et la peau d’animal. Le format des feuilles peut être modifié pour un meilleur rendement nous sommes limités seulement par la largeur de 55.5 cm.

Un important volet de notre entreprise est la distribution de matériel et de produits pour archives. Le carton Neutracor, notre marque de commerce, est fabriqué au Québec selon nos spécifications depuis 1988.

Passons à notre histoire.

Fin de la page